Lettre d'un gentil nounours à une aficionada de la muerte de los toros

Publié le par Mapy

On ne peut que relayer ce genre de prose jubilatoire. Surtout quand il s'agit de débat sur la corrida !

Nounours Morse you are the best !

j'adore !!!!!!!!

Hear Ye       Teddy GradSuperYou're The BestClapping HandsDrinking Red Wine


"Après quelques semaines d'attente et malgré que je ne sois pas dans les meilleures dispositions pour cela, je me décide à écrire l'article promis destiné à une « aficionada » prénommée I.

Nous avions eu une prise de bec, moi contempteur de sa vile occupation, et elle, qu'une sainte excitation saisit à la vue d'un taureau harponné, charcuté, avant d'être occis par un bellâtre en costume de clown, lui même applaudi par une assemblée de clowns plus ou moins avinés et de dames frustrées.

Son système de défense se réduit à ceci :
« Le taureau ne souffre pas, contrairement aux chats par exemple » (si, si ! Spinoza et le prodigieux Patrick Wolff sont invoqués à l'appui de sa thèse). Je cite : "en effet, la fausseté du concept de la souffrance animale transférée au taureau de combat n'est élaborée, comme il est montré, qu'à partir des expériences les plus communes et les plus répétées, c'est à dire celles effectuées sur les animaux domestiques..." d'où madame conclut qu'un taureau de combat ne souffre pas contrairement aux "peluches domestiques".

 Dites donc ma grande, je suis fils, petit fils, arrière petit-fils de paysans : mon père avait sauvé deux taureaux de l'abattoir lors de l'achat d'une propriété, qui n'avaient rien à envier, question gabarit, aux victimes des arènes, j'en ai vu un se faire piquer par un taon ou un frelon et je l'ai vu sauter de douleur !  Alors votre fable des piques et banderilles indolores, vous vous en ferez un éventail pour vos après-midi glauques. Et prière de ne pas me parler d'endorphines (je suis étonné que vous ne les ayez pas citées à l'appui de votre thèse) ni de Livingstone (si vous êtes sage, le "brave idiot" vous expliquera le pourquoi du Livingstone).
Madame appelle une nouvelle fois gourou Wolff à l'aide (ils n'ont que lui à se mettre sous la dent, les pauvres, quoique j'aie bien peur que Michel Serres ne fasse partie lui aussi de cette coterie infâme). Donc gourou Wolff invoque Spinoza (Ethique II, proposition 40, scolie I) selon laquelle pour simplifier, « on ne peut évaluer les sensations d'un être qu'en fonction de ce qu'il est, sinon danger imminent d'anthropomorphisme » : ma bonne dame, quand je donne à manger à des chats abandonnés et qu'ils m'attendent, croyez-vous que je n'ai pas la moindre idée des sensations qui sont les leurs ? Vous invoquiez Spinoza, en tant qu'optimiste (je parle d'empirisme de la douleur ici) vous auriez pu vous rattacher à Leibniz et à sa théorie reliée au problème de la valeur du monde et du problème du mal.
Ma chère I., vous a-t-on dit qu'un développement excessif de vos tendances sensibles avait de fâcheuses répercussions sur votre raison ? Elle est étouffée, asservie, elle crie grâce ! Vous fondez vos arguments sur de la Métaphysique.
Pourquoi tue-t-on les taureaux ? Là encore, gourou Wolff a réponse à tout, mais il s'emmêle les pinceaux dans une logorrhée macédonienne selon laquelle il s'agirait de la fossilisation d'un rite,  sacrifice religieux à l'origine et détourné en spectacle : vous voulez que je vous dise, il n'y a pas que le rite qui soit fossilisé ! Certaines cervelles aussi !

Et là mes enfants, je ne résiste pas à l'envie de vous livrer ce chef-d'oeuvre d'escroquerie intellectuelle, tout en circonvolutions du à un certain Bruno Modica:
" Oui, la corrida est un affrontement, un combat, entre 500kgs de force brute naturelle (pour moi, la brute, c'est plutôt le guignol écaillé) et un homme (?), représentant lui le savoir (?), la ruse (?) et qui va en livrant sa vie aux cornes (38000 taureaux tués pour un torero envoyé là d'où il n'aurait jamais du émerger), inscrire dans l'espace une esthétique.  Pourquoi ces risques alors, pourquoi donner si peu de prix à sa vie ? (après l'afeitage qui consiste en l'épointage des cornes, ce qui fait perdre ses repères au taureau, après le "travail" des picadores qui charcutent l'échine de l'animal, qui lui coupent certain tendon, après la pose des banderilles, effectivement la plupart des toreros "défuntent" du fait de cirrhose ou dans leur lit), c'est que la Mort, la fin de vie est partie intégrante du vivant… » (c'est pas vrai Bubu, t'as trouvé ça tout seul ?), le reste est à l'avenant en terme de vacuité.
Enfin, madame I. me mit sous le nez une citation (très bien écrite) du sieur de Montherlant (belle plume, c'est un bon écrivain je le reconnais) glorifiant la corrida, avec un air de dire :" si Montherlant l'a dit, c'est que c'est bien". Ma pauvre enfant, si je vous suivais dans votre logique qui doit faire se retourner Bertrand Russell et Gottlob Frege réunis, alors je devrais encenser la pédophilie, vu que votre Montherlant aimait les jeunes enfants.
Vous illustrez à merveille une pensée de Nietszche selon qui, personne ne parle plus passionnément de son droit, que celui qui au fond de son âme doute de celui-ci. J'ai rarement rencontré une personne avec un champ de sensibilité aussi rétréci que le votre. Au moins, la matière et la forme (au sens kantien) sont aisément décelables quand vous vous rendez à la féria, ce qui me rappelle que vous n'avez toujours pas répondu à la question posée par Onfray  « que signifie jouir du spectacle de la mort ? »

Remarques :

cessez de porter des conclusions définitives avant toute "prémisse",

dîtes à votre porte-coton,  Falk, pas Roberta, non,  mais gross Bertha que c'est un guignol (je le lui avais dit mais vous avez "sucré" mon com) et enfin, votre façon d'égrener votre chapelet tauromachique par devant, me fait penser à la façon dont ma chèvre égrène le sien par derrière.

Mes hommages madame ! (je rappelle que c'est vous et Falk s'il existe qui m'avez insulté en premiers)."

 

M.K.

Publié dans divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

La Bernache 12/09/2009 12:22

Bonjour Mapy ...Les émoticônes je les déteste , ils me le rendent bien ! presque impossible de venir chez toi à cause d'eux - sachant que j'ai supprimé ma page msn qui m'était insupportable vu le tapage mercantile qui est le sien , que je ne vais jamais sur windows live , tu n'auras pas de peine à comprendre le pourquoi du comment de mes difficultès - Bon , ceci précisé , j'ai lu chez nôtre Nounours sa lettre - j'ai trouvé qu'il avait fait trop d'honneur à cette " chose " qu'on appelle femme et qui n'en est sûrement pas une !!! la Femme par nature est aimante et maternelle , surtout ENNEMIE de la Mort ! Je t'embrasse  ;-))

morsli 11/09/2009 18:04

Je suis content qu'il t'aie plu ma soeur adorée.Je l'ai pourtant écrit à la va vite en pleine période d'ennuis de santé, mais ça faisait tellement longtemps que je l'avais promis, que je n'avais pas voulu le remettre à plus tard : en vérité , mon intention était de la "désintégrer" , puis j'ai pensé qu'il suffisait de la mettre face à sa sottise.Cette dame, fasciste, antisémite ( elle voudrait qu'on évangélise les juifs, dis donc ! ), a sucré les coms où je détruisais son argumentation, où je la traitais d'intellectualiste cartésienne et de " mitchourinienne" (du nom d'un savant russe).Elle m'avait traité de brave idiot, d'inculte...et quand je lui dis qu'un article lui serait consacré, elle me répondit " chiche ! on va rigoler, vous allez vous ridiculiser " ! j'attends toujours sa réponse, pourtant je l'ai prévenue dimanche dernier.Un de ces compères (s'il existe, car je crois qu'elle et lui sont une même personne), surnommé Falk, m'avait insulté lui aussi, mais c'est marrant tous les coms en réponse, elle me les a sucrés.Pour ce qui concerne la remarque sur Livingstone, voici le fin mot de l'histoire : cet explorateur s'était fait attaquer et méchament déchirer par un lion et il avait ajouté que grâce à Dieu il n'avait ressenti aucune douleur (en raison du stress je suppose).Ma petite soeur, c'est une coincidence, mais j'avais décidé de te consacrer un article, ce sera le prochain (demain ou dimanche ) : si j'ai parlé de toi plusieurs fois, c'était sur ton blog; là ce sera sur le mien.Je vais m'appliquer.JE T'ADORE MA PETITE MAP.BISES.

Chrisboubou 11/09/2009 16:34

moi je dis: il s'exprime quand même pas trop mal, hein, le gentil plantigrade...!!!