L'absurdité des rencontres ratées.....

Publié le par Mapy

Je dois vous raconter une histoire qui vous paraîtra banale au début mais vous comprendrez au fil de la lecture pourquoi elle finit de façon tragique aujourd'hui..... je ne pouvais pas faire autrement que d'écrire ce post et en faire mon exutoire, tant ma peine est profonde.


Il y a plusieurs années, nous étions invités à déjeuner chez la belle-sœur de ma sœur, lors d'un séjour en Lorraine. Autour de la table ce jour là, étaient réunis, entre autre, la belle famille de ma sœur, son époux, mes neveux et nièces et deux  couples d'amis de notre hôtesse. J'étais placée à côté de deux femmes à peine plus âgées que moi, qui ne parlèrent tout au long du repas que de chirurgie esthétique, fringues, grandes marques, voyages et autres débats qui me semblaient très superficiels et me faisaient bouillir intérieurement. Il faut dire que les deux dames avaient un look et une attitude que je qualifiais à l'époque de « très bourgeois », et de façon péjorative. Leur époux respectifs avaient une très bonne situation et elles me paraissaient oisives et bien « connes » oui je l'avoue.

J'ai eu l'occasion d'en discuter avec ma sœur un peu plus tard.... Elle rigolait bien entendu de mes remarques pas tout à fait inexactes, mais un peu trop péremptoires et sans nuance, alors que je n'avais jugé que sur la forme (je ne le savais pas encore à l'époque).

Je restais tout de même sur mes positions et nous n'en reparlions plus jamais, puisque je ne revis jamais ces deux femmes.

Quelques temps avant mon départ en Thailande, en 2006, Maryline me parla d'une de ces deux femmes que j'avais presque oubliées, puisque notre rencontre remontait bien à 5 ou 6 ans en arrière, sinon plus......A l'occasion de repas chez la même belle-sœur, (elle la rencontrait régulièrement là-bas)  elle l'informa de mon projet à KHAOLAK. La femme exprima le désir de correspondre avec moi. Maryline me demanda l'autorisation de donner mon adresse mail, ce que j'acceptai bien entendu et pour la mettre à l'aise, anticipai même son courrier, en lui écrivant moi-même en premier.

Voilà ce que nous avons échangé (quelques bribes de mon courrier suffisent car ce n'est pas le mien qui est intéressant, mais bien ce que Fabienne me répondit.)

Avant de parcourir la réponse de Fabienne, j'ai un détail important à ajouter à cette histoire :

J'ai trié mon courrier électronique il y a une semaine, et j'y ai retrouvé ces deux échanges : le mien et le sien. Je ne me suis pas résolue à les mettre à la corbeille..... Il n'y a pas de hasard......

Je n'ai vu cette personne qu'une seule fois, je lui ai écrit en 2006 et depuis nos vies ont continué.... Je n'ai jamais pris le temps à nouveau de correspondre avec elle et je n'ai jamais demandé de nouvelles d'elle à ma sœur. Depuis la semaine dernière, j'ai repensé à Fabienne....

.....A l'instant, ma sœur Maryline m'a téléphoné pour m'annoncer que Fabienne s'est pendue hier !

Je ne parviens pas à m'introspecter assez loin pour comprendre pourquoi à l'annonce de sa mort j'ai pleuré .... J'ai cette sensation que nous passons souvent à côté des gens.....et que des gens souffrent en silence pour en arriver à ne plus supporter la vie !

Elle était bien entourée et personne n'a rien pu faire pour l'aider, elle a choisi son destin....


J'ai relu et relu son courrier.....Bref instant d'une vie, d'un échange épistolaire soit, mais échange authentique est sincère.....

 

"Chère Marie-Pierre,

 
Je te remercie pour ton courrier. Vois tu je vis un peu la même chose que toi. Nous avions une discussion avec mon mari la veille de notre rencontre avec Maryline car j' ai envie de me rendre utile et il me disait que je pouvais proposer mes services à des aides humanitaires. J' avais des doutes car j' ai une formation commerciale et je ne voyais pas comment je pouvais me rendre utile.
J' ai été bénévole à l' UNICEF à Metz mais il y avait beaucoup d' histoires entre les dames qui sont pratiquement toutes à la retraite (il régnait une mauvaise ambiance et le tout est très vieillot).
J' ai fait une tentative de suicide fin octobre 2005 alors que l' on peut penser que j' ai tout pour être heureuse. Cela fait trois ans et demi que je suivie par une psy et que je suis sous anti dépresseur (j' ai fait une très grosse dépression nerveuse avec plein de phobies cela va mieux mais je serais toujours sous antidépresseurs car j' ai un dysfonctionnement enfin bref). Comme toi je ne supporte pas le malheur qui règne sur cette planète. Ce qui me chagrine le plus c' est ce que les enfants doivent endurer (travail, guerre, maladie, famine, prostitution et j' en passe. Comment peut on être heureux quand tant de gens souffre. Je ne suis malheureusement pas croyante, cela m' aiderait. Comme toi j' ai de plus en plus de mal à supporter la surconsommation et la société dans laquelle nous vivons (paraître et tout avoir, ne plus apprécier les simples moments de bonheur). Je vais donc me renseigner pour voir ce que je peux faire et prendre contact avec ton association.
Tu verras la Thaïlande est un pays très chaleureux où les gens sourient toujours. Ils sont très zen et agréables, j' ai adoré ce pays.
Me donneras tu de tes nouvelles à ton retour. Merci de m'avoir  écrit.
 
A très bientôt et bon voyage au pays de Siam.
 
Fabienne"

 

 

Voici juste quelques extraits du courriel qu'elle avait reçu de ma part

"Bonjour Fabienne,
 
je suis la soeur de Maryline. Je t'écris donc parce que ma soeur m'a tenu au courant de votre discussion au sujet de la Thaïlande et de ton coup de foudre pour cette région.
Je désire faire du volontariat à l'étranger depuis très très longtemps. Il se trouve qu'après une tentative de suicide au mois de mars 2005 et 7 mois de dépression qui s'en suivirent, j'ai eu le temps de réfléchir intensément à la vie et à notre condition de simple mammifère sur cette terre.
Nous nous laissons submerger par nos contraintes et nos besoins de consommateurs, alors que nous avons la chance d'être nés du bon côté de la planète. J'ai fait 4 heures de sophrologie par semaine pendant cette période intense de réflexion. Je me suis rapprochée et j'ai alors touché au but de ce qui fait que nous sommes avant tout des êtres de sensations, d'émotions et non pas de réflexion comme nous semblons trop souvent le croire. J'ai failli mettre fin à mes jours, alors que j'ai tout pour être heureuse : une super époux, deux adorables petites filles, une belle maison, un bon boulot dans une grande société, j'ai tout le confort dont certains manquent, même en FRANCE. J'ai donc décidé d'être heureuse car c'est bon pour la santé et au lieu de me lamenter sur mon sort et celui des autres dans ce monde, j'ai décidé d'agir, de rebondir, d'entrer dans l'action. Un an après la catastrophe du TSUNAMI, par le biais d'une émission sur FR3 qui faisait le point aux alentours de Noël, j'ai compris que c'est là que je commencerais la mission que je m'étais fixée, allez vers les autres et prêter mains et coeur forts, là où il y en avait besoin. Mon profond mal être, après analyse, venait principalement du fait que je pleurais sur les inégalités et injustices qui se prélassent sur notre Terre, alors que  nous les bienchanceux nous nous plaignons toujours et cherchons toujours à posséder plus, à être toujours plus beaux, plus intelligents et le plus "in" possible et tout cela sans respect pour ceux qui sont "out". Si chacun d'entre nous réfléchissait au gouffre qui sépare certains individus quant à la qualité de vie, nous serions obligés de mettre de côté notre monstrueuse boulimie de surconsommation et ouvririons alors notre âme de simple humain vers nos frères en difficulté. Voilà donc où j'en suis dans ma tête à ce jour, prête à partir pour KHAOLAK, mission qui ne sera certainement pas la dernière, d'ici la fin de ma vie (.....).
 (....)Voilà, je reviendrai le 8 mai au matin à TOULOUSE, heureuse de retrouver mon mari et mes filles, mais aussi je l'espère le coeur et la tête remplis de super souvenirs et surtout avec la quiétude d'avoir donner de mon temps et de mon argent, d'avoir oublié pour un temps mon petit nombril pour des sentiments plus nobles et plus grands. Je pense que je ne serai plus tout à fait la même.
Je reste à ta disposition si tu veux me poser des questions ou si tu envisages, toi aussi, un de ces jours, de faire le grand pas vers les autres, qui finalement, j'en suis persuadée, nous fait redevenir de vrais Humains.
Bien à toi et cordialement,
 
                                        Marie-Pïerre"

Fabienne, la première fois que je t'ai vu, un tas d'"à priori" et de clichés ont assailli mes pensées......

Fabienne, la première fois que je t'ai lu, j'ai compris que tu tentais juste de combler ta souffrance intérieure et que j'étais "tombée" grossièrement dans le panneau, croyant que tu n'avais ni âme, ni coeur, ni "jugeotte".

Fabienne je t'envoie toutes mes pensées chaleureuses où que tu soies et te demande sincèrement pardon de t'avoir classée dans mes archives bien trop longtemps sans te donner de nouvelles depuis mon retour.....

J'ai tellement l'impression que tu t'accrochais à des petites lumières....J'en fûs peut être une parmi tant d'autres, mais je ne suis restée éclairée pour toi que le temps d'un courrier.....

Mais pouvons-nous rester lumineux pour toutes les personnes croisées....quand notre propre flamme vacille quelquefois et qu'il faut la maintenir en vie ?

Si nous tentions cette impossible gageure, pourrions-nous réellement aider chacun et chacune à sortir du tunnel ?

J'aimerais le croire......

Publié dans divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kiki Nenveut 18/07/2009 13:33

Bernie parle ici très sagement et c'est exactement ce que je cherchais à te dire dans mon mail...Bizatoi!

La Bernache 17/07/2009 06:42

Je me suis appliquée à bien comprendre ...le maheur arrivé était sous-jacent du seul fait d'un dysfonctionnement mentionné par la personne elle-même qui assurait qu'elle aurait besoin d'anti-dépresseurs en permanence - grande fragilité psychologique contre laquelle rien ne pouvait être actif réellement , pas plus les médicaments que l'entourage - c'est désolant mais je trouve inutile de se culpabiliser à cause de ça ...MEKTOUB ! Paix sur elle qui ne pouvait échapper à son destin inch'Allah ! Regarder devant ! Amicalement

Robert 15/07/2009 21:26

On n'apprend jamais à connaître autrui en le jugeant.J'ai dans la sphère de mes amis, une personne qui correspond à cette devise.Il octroie toujours des circonstances atténuantes.Il ne blâme jamais.Au début, je ne comprenais pas et je le trouvais trop bienveillant. Je me trompais ...C'était lui qui détenait la vérité !Mille bises à toi et une pensée pour Fabienne.

morsli 15/07/2009 20:16

On ne sait, qu'après ! comment se douter qu'une personne est en train de se protéger, par timidité ou par précaution ? On n'arrive même pas à se comprendre soi-même (j'en sais quelque chose).Qui pourrait dire le tourbillon de pensées qui a assailli Fabienne au moment qu'elle a décidé pour quitter ce qui était devenu une vallée de misères, cette "plaine sauvage balayée par des vents".Peut-être a-t-elle laissé un mot que l'on retrouvera.Je comprends ta peine et ton désarroi.Dans ce malheur, je vois cet échange de courriels comme une lueur, une "lampe lointaine" où tu trouveras le secours quand tu penseras à Fabienne.Si vous étiez restées sur un malentendu, tu aurais fait de la rumination mentale.Que ses lignes tracent un portrait attachant de Fabienne ! mais quelle distorsion entre ses désirs et la réalité ! entre ses bras ouverts et ce mal être au contact de certain(e)s.Son monde ne correspondait pas au monde.J'ai connu des suicidés et notamment une personne, quelques heures avant de se jeter sous un train : ce n'est qu'après que je me suis rendu compte du ton désabusé, las, de la victime.Amer mystère de la mort pour paraphraser quelqu'un que j'apprécie infiniment.Je t'embrasse ma chère soeur.

Véro 15/07/2009 19:11

"Mais pouvons-nous rester lumineux pour toutes les personnes croisées, quand notre propre flamme vacille quelquefois et qu'il faut la maintenir en vie?"..... voilà.....J'ai perdu de façon brutale l'une de mes meilleures amies il y a moins d'un mois. J'en suis ravagée, avec cet affreux sentiment de culpabilité que je ne définis pas, dont je ne parviens pas à comprendre l'essence et dont je ne me défais pas...Je pense que ton blog devient trop lourd pour moi...

Mapy 15/07/2009 19:59


Ma chère Véro,

mon blog n'est que le reflet de la vie avec ses hauts et ses bas..... Grâce au tien, grâce à KIKI nous tombons dans la légèreté et la rigolade et ça fait du bien.....
ne viens plus ici si mon blog devient trop lourd pour toi....je comprendrais tout à fait....
Je te préviendrais juste quand j'y déposerai des articles légers ou rigolos ou sérieux mais pas tristes !
je te serre fort toi qui fais le clown, mais le clown triste ! Ne sommes nous donc pas toutes et tous des petites lumières pour chacun et chaucune, au moins sous la blogosphère.....
Je suis sous le choc pour ton amie.
Ma flamme reste allumée pour toi et pour toutes et tous et pour moi aussi.
Je suis désolée.....