FABRICATION ARTISANALE DE L'HUILE D'ARGAN

Publié le par Mapy


entrée de la coopérative (25 km d'Essaouira sur la route de Marrakech)

Mapy Aout 2008

 

 

 

                  la boutique    Mapy Août 2008

 

 

 

 

La production d'huile d'argan représente une ressource économique très importante pour les coopératives actives dans l'arganeraie. Ces coopératives ont des méthodes de fonctionnement aussi variées qu'il en existe. Certaines ont des pratiques issues du commerce équitable et peuvent être en partie financées par de grands organismes. C’est le cas de celle que nous avons visitée.

 

"L'huile d'argan (ou d'argane) est tirée de l’arganier, arbre endémique du Maroc présent essentiellement au sud-ouest du pays entre Agadir, Essaouira et Taroudant. Elle est très utilisée dans la cuisine traditionnelle de cette région.

Cette huile, riche en vitamine E et insaponifiable, est également reconnue pour ses propriétés nourrissante, régénérante et restructurante". (source Wikipédia)


Il existe deux types d'huile d'argan selon que les amandes (ou amandons) sont ou non torréfiées avant utilisation. L'huile alimentaire, plus sombre et au goût prononcé de noisette à cause de la torréfaction, (EXCELLENTE !) s'utilise comme une huile habituelle pour préparer les aliments. Elle est très nutritive et constitue, avec des amandes pilées et du miel :  l'amlou, (EXCELLENT !!!) une pâte très nourrissante souvent consommée au petit déjeuner.

L'huile cosmétique, plus claire, s'utilise en application sur la peau et les cheveux et aurait des vertus contre la chute des cheveux, l'eczéma, la déshydratation cutanée... Elle peut-être utilisée naturelle ou déclinée en différents parfums (huile essentielle de fleur d'oranger par exemple ajoutée à l'huile)

 

Il existe deux sortes de fabrication, comme nous l’ont expliqué les femmes de la coopérative que nous avons visitée : artisanale et de qualité, ou bien industrielle voire même de mauvaise qualité.

Voilà l'explication :

Les chèvres étant très friandes de l'enveloppe du fruit de l’arganier, les femmes sont dans l’obligation de protéger les arbres par des barrières inaccessibles pour les chèvres.

Dans les plus grandes productions, on laisse justement les chèvres manger les fruits. Elles digèrent l’enveloppe du fruit mais rejettent la coque contenant l’amandon soit avant digestion mais parfois après digestion….. Dans tous les cas l’acidité de la salive ou des sucs gastriques altère et détériore bien entendu la qualité du fruit. Certains n’hésitent pas à laisser faire le travail aux chèvres pour récupérer directement les amandes (rejetées par la bouche directement ou bien dans les selles !!!! . Il suffira juste de les nettoyer et de les torréfiées ou non puis de les broyer. Dans cette coopérative, les femmes ramassent les fruits, enlèvent l’enveloppe, casse la coque et récupèrent l’amandon, fruit par fruit !!!!

Il faut 50 kgs de fruits pour obtenir 4 kgs d’amandons et 1 litre d’huile ! La fabrication d’1 litre prend 6 jours : tout est fait à la main. Certaines femmes cassent les coques à l’aide de gros cailloux, d’autres torréfient les amandons destinés à l’huile alimentaire, sur des "canouns" en pierre dont le combustible est l’enveloppe même du fruit gardée et séchée dans ce but. D’autres broient les amandons torréfiés ou non dans des moulins en pierre. La pâte huileuse s'écoule au fur et à mesure dans le récipient en terre cuite disposé sous le moulin.

Une des responsables (souriante et chaleureuse), qui nous a expliqué tout le processus, nous a précisé qu’il fallait faire très attention dans les souks et même en France, car certaines huiles n’étaient pas fabriquées de façon traditionnelle et étaient souvent coupées avec de l’huile d’olive. Ces femmes étaient fières de leur travail et l’on comprend pourquoi. Elles nous ont dit avec beaucoup d’humour : « Ici nous ne faisons pas travailler les chèvres, mais nous travaillons pour elles, car si nous mettons de côté les enveloppes des fruits comme combustible, nous les gardons  aussi pour les nourrir ! »

Après ce côté technique et sans parler de nos achats de qualité, je laisserai parler les photos elles-mêmes !  regardez les sourires !

 


   casse de la coque et tri des amandes



















            

              


                                     broyage manuel des amandes
























     



pâte huileuse s'écoulant du pressoir









                                                                                                                                                         








arrganier protégé par les barrières












Photos par Mapy  août 2008


Voilà ce fût un moment riche en informations et surtout en échanges chaleureux.

Publié dans le monde ailleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mimi 20/08/2008 09:32

à voir ces photos, je comprends quand tu me dis que tu as récolté des beaux et généreux sourires....Quel travail pour obtenir cette huile si prisée! sur le commerce , j'ai tout entendu sur l'huile cosmétique , tout et son contraire, sur la couleur , l'odeur...enfin , là je suis sûre que c'est la vraie! bisous argan

Robert 18/08/2008 01:35

Merci beaucoup Mapy et à bientôt Robert

mapy 17/08/2008 23:45

@ROBERT :je n'ai pas d'adresse pour l'instant. Je pense que l'on doit pouvoir trouver de l'huile de qualité dans les biocoops ou dans toutes les boutiques de produits naturels ?.....Quand j'aurai épuisé ma bouteille d'alimentaire et celle de cosmétique je tâcherai de trouver un endroit sérieux.... Dans tous les cas, j'ai l'adresse web de la coopérative que nous avons visitée... Si tu es intéressé je peux te l'envoyer....Gros bisous Robert et no souci pour le portrait de la machina veritas ! j'ai écrit à Morsli, il te dira !  CIAO  CIAO                Mapy

Robert 17/08/2008 21:31

Salut Mapy,Tu as l'air d'être très prise en ce moment.As-tu des adresses sympas (enseignes, ...) où l'on peut trouver l'huile de bonne qualité ?Merci et à bientôt.

Robert 11/08/2008 22:51

Hello Mapy,je ne connaissais pas cette huile avec toutes ses vertus.Merci pour ce reportage.Je vais de ce pas m'en procurer quelques hectolitres pour ma pré-calvitie évolutive.Bizz