l'Homme : primate insignifiant et vaniteux

Publié le par Mapy




L'Humanité disparaîtra, bon débarras !

Dans cet essai écologique, provoquant et teinté d'humour noir où il imagine treize scénarios catastrophes, le naturaliste Yves PACCALET dresse un véritable réquisitoire contre l'humanité.

Yves PACCALET est philosophe, écrivain, journaliste, naturaliste, scénariste. Il a participé dès 1972 à l'odysée sous-marine de l'équipe COUSTEAU. Auteur de nombreux articles et ouvrages, il réalise également des émissions de radio et des séries documentaires.
Cet essai a obtenu le prix du Pamphlet 2006.


J'ai dévoré ce bouquin. J'avais mal en le lisant, je n'ai plus mal à présent.... Je me suis libéré de ce poids qui oppressait mon coeur et mon âme depuis tant d' années. J'ai ouvert les yeux malgré moi, malgré mes espérances.....Je vais continuer d' oeuvrer à mon humble niveau, auprès de mon entourage, lors de mes rencontres, dans ma vie quotidienne, continuer à rester fidèle, par mes actes, à mes profondes convictions, poursuivre mon acte de foi pour la Terre, l'animal, l'être humain, je vais tâcher d'être heureuse chaque jour qui passe, apporter ma modeste contribution, continuer d'enseigner à mes filles l'altruisme, le respect, la valeur des choses et les risques de la surconsommation, je vais continuer à aimer mes chats, les zumins humains et les humbles, je vais tâcher de faire de ma vie un chemin dont je serai fière en tant qu'Homo sapiens, mais plus jamais, ô grand jamais je n'attendrai ce grand miracle d'une Terre sans frontière, sans guerre, sans barbarie, sans profit, une Terre sur laquelle les droits de l'Homme, des animaux et des végétaux seront définitivement  le fer de lance  de toute notre espèce..... J'ai trop longtemps souffert à  cause de cette utopie..... Je  pense sincèrement que seuls, nos arrières petits enfants parviendront à ce paradis.... Plus la peine que j'attende.... je ne le verrai jamais poindre.... mais je le prépare, je le sème, je le rêve et le dorlotte pour les générations futures, en espérant qu'homo sapiens ne disparaîtra pas, mais deviendra un jour homo glorius.

Voilà donc quelques extraits du premier chapître :


J’ai cru en l’Homme. Je n’y crois plus. J’ai eu foi en l’Humanité : c’est fini !

J’ai pensé, dit et écrit que mon espèce avait un avenir. J’ai tenté de m’en persuader, je suis maintenant sûr du contraire : l’humanité n’a nul destin, ni lendemain qui chante, ni surlendemain qui fredonne. No future. Elle est comme droguée, avide et déjantée, esclave des biens matériels, en souffrance de consommation, asservie à ce qu’elle imagine être « la croissance » ou le « progrès », et qui sera sa perte. Si elle ne s’autodétruit pas dans une guerre atomique.[….] Je suis un déçu de l’Humanité, comme d’autres le sont du socialisme ou du capitalisme. Depuis belle lurette je sais que le navire de notre espèce ira par le fond. L’arche de Noé ne touchera pas d’autre mont Ararat.[…]

Pendant plus de 30 ans j’ai parlé ou écrit « positif »[…]

En quelques occasions il m’est même arrivé de parler sur la vertu des miens. Par exemple en 1972 lors de la conférence de Stockholm qui a lancé le Programme des Nations Unies pour l’environnement, et que j’ai rêvée « fondatrice » d’une nouvelle harmonie de l’homme et du monde. J’ai clamé alors ma confiance en mon espèce et j’ai commis un petit cortège de livres, articles, entretiens, émissions de radio et de télévision dans lesquels j’ai loué notre sagesse […] Je n’ai pas désespéré le Billancourt écologiste. J’ai vu les résolutions de la conférence de Stockholm s’engloutir dans les pollutions, les saccages et les profits boursiers qui s’ensuivent. J’ai regardé le programme des Nations Unies pour l’environnement se consumer dans les dévastations civiles et guerrières. Le même sort est advenu à l’appel de Rio de Janeiro de 1992, une ville de carnaval et de favelas où j’avais pourtant vu le commandant Cousteau se faire acclamer devant un parterre de chefs d’état, sacré « Captain Planet » d’une Humanité enfin soucieuse de la maison Terre.

Fariboles à usage médiatique !

Le protocole de Kyoto, élaboré en 1997, s’asphyxie dans l’égoïsme forcené des riches, tout comme la planète étouffe dans les excès de gaz carbonique, d’ammoniac et de méthane. On voudrait qu’en 2010 on n’injecte pas dans l’atmosphère plus de gaz à effet de serre (et même un peu moins) qu’on n’en envoyait en 1990. Une ambition minimale, au regard de la santé de la planète….Les Etats-Unis (un quart des émissions totales) ne veulent rien signer au nom de leur sacro-saint « niveau de vie » qui « n’est pas négociable ». La Chine dit « oui » du bout des lèvres et regarde ailleurs. L’Inde accepte et botte en touche. La plupart des pays qui ratifient le texte traînent les pieds, prennent du retard dans son application et organisent leur industrie, leur agriculture, leurs transports et leurs habitations de façon que jamais rien n’aboutisse.

J’ai essayé de me cramponner à mes espérances écologiques […] Je voyais bien que les biotopes étaient de plus en plus pollués, les mers pillées, les forêts dévastées, les marais asséchés, les montagnes bétonnées, la biodiversité ruinée, l’esprit de la Terre bafoué, souillé, violé, assassiné. Je continuais à sourire pour ne pas avoir à en pleurer.

Pendant trente ans j’ai entretenu des illusions, pour les autres comme pour moi-même. J’ai tenté de dénicher des raisons de garder confiance en l’Homme, de continuer à croire en son futur. J’en ai même rajouté dans le registre béat. J’ai proclamé que tout est possible, y compris le meilleur. « L’espèce humaine, ai-je argumenté, est sensible, sociable, solidaire et généreuse. Elle a un gros cerveau et un cœur. Elle est intelligente et créatrice. Sa science et sa morale la sauveront. La gravité de la situation apparaît à tout le monde : par conséquent les remèdes seront administrés, la prise de conscience écologique s’effectuera, le consommateur changera, les décideurs (le politicien, l’industriel, vous et moi) ne peuvent qu’en tenir compte. Au pis, l’éducation permettra aux jeunes générations de finir le travail que les anciens ont négligé. »

Voilà donc trente ans que je m’efforce de croire à ce discours ou à cette utopie et d’en persuader les autres. Mais le temps a dissous mes ultimes espérances.

Pour résumer, je suis excédé. J’en ai assez de jouer les don Quichotte en bataille contre les raffineries de pétrole et les centrales nucléaires (les moulins à vent m’auraient mieux convenu : l’énergie éolienne est propre et renouvelable). Je suis écoeuré des paroles généreuses qui s’envolent et des textes lucides qu’aucun acte ne conclut. Je suis fatigué des bonnes décisions qui s’enlisent dans les sables mouvants des passe-droits, des coups de bourse et des profits illicites […] J’en ai marre de la perpétuelle dictature des intérêts individuels, familiaux, corporatistes, religieux, communautaires ou nationaux, du je-m’en-foutisme et de l’hypocrisie, de la bassesse ordinaire, de l’égoïsme général (je me range évidemment sous l’adjectif « général »)[…] Je suis épuisé de me mentir à moi-même et de mentir aux autres, y compris à mes proches. Il est temps que je couche noir sur blanc, ma véritable opinion sur mon espèce, et mon pronostic sur son futur.

Je ne suis pas certain de prendre plaisir à le faire, mais je suis convaincu qu’il s’agit d’un devoir. […] Je désire dans ce modeste essai, me mettre enfin à Racine. Je veux présenter l’homo sapiens tel qu’il est, sans complaisance, ni langue de bois, ni flou, ni fard. En oubliant le « politiquement correct ». Je veux déshabiller le roi, mettre à nu ce primate insignifiant et vaniteux qui se prend pour le prince de l’univers.  J’ai peur que, dépouillée de ses oripeaux, la bête ne soit pas belle à voir. Je crains surtout de devoir la ranger parmi les espèces en voie de disparition.

 

                                                     A suivre…..  "qu'est-ce que l'Homme"

Publié dans divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anne 27/05/2008 19:23

Coucou MapyCa faisait un p'tit moment que je ne m'étais pas arrêtée pour te laisser un com par ici ...Je t'en avais parlé, en attendant de te passer le dvd pour le voir sur un écran de télé, voici un lien vers le clip de Zazie dont je t'avais parlé, bien en relation avec ton post :-)Bises à très bientôt Annehttp://fr.youtube.com/watch?v=DcBIX6ptLmY

Martine de l'Ile de la Réunion 21/05/2008 07:13

Un livre que vous me donnez envie de lire.....Si cela pouvait me permettre de combattre ce sentiment de tristesse permanent qui est mien devant la manière dont tourne notre monde.....A bientôt.....

KIRED 20/05/2008 11:50

Bonjour Mapy! tu as raison et l'auteur a raison, il est difficile de se battre contre l'indifférence.C'est surtout décourageant!Il y a tant de personnes qui croient que la République est àleur usage exclusif.Quand tu luttes,pense à cette maxime:"tout imaginer, ne rien croire".Je t'admire de plus en plus pourla grandeur de ton esprit.Un ami de fac m'avait demandé mon avis sur une idée qu'il avait eue et selon laquelle L'espèce humaine allait disparaitre (il m'en a donné les raisons) et je suis malheureusement d'accord avec son analyse.Encore merci pour la gentillesse de tes commentaires qui me font chaud au coeur.Salut à toi ange de lumière.